#NoBanOnStolenLands : repenser la « nation d’immigrants » avec la perspective autochtone

Classiquement, dans de nombreux pays où le débat sur l’immigration est posé, anciens immigrants et nouveaux immigrants sont opposés : les uns se seraient intégrés facilement ; les nouveaux en seraient moins capables. On le constate à plusieurs reprises pour la France comme pour les États-Unis.

Pour l’Amérique du Nord, l’histoire récente de la colonisation et des migrations rendent ce récit plus complexe encore : que faire des habitants qui pré-existaient à la colonisation et à la conquête et s’y sont opposé ? Que faire des colonisations et migrations qui se sont succédées sous différentes souverainetés ? Je pense par exemple, et je l’ai déjà évoqué, à la revendication des Mexicains et Mexicains-Américains d’avoir été présents avant dans le Sud-Ouest, et donc d’y avoir des droits en dépit de leur statut d’immigrés parfois sans papiers.

Une des réponses des historiens a été l’adoption du paradigme du « colonialisme de peuplement » (settler colonialism), qui pose des problèmes qui ne sont pas la question ici.

Mais aujourd’hui je voudrai m’intéresser à une autre réponse, celle qui apparaît sur Twitter via le mot-clé #NoBanOnStolenLand (« pas d’exclusion sur des terres volées »)

Ce slogan tire son origine d’un malaise de militants autochtones au sein des manifestations visant à dénoncer le « Muslim Ban », ce décret présidentiel pris par Trump pour filtrer l’immigration, même légale, venue de 7 pays à majorité musulmane.

C’est une femme navajo qui l’a proposé, en réaction contre les chants patriotiques glorifiant les États-Unis comme une nation d’immigrants. Il faut rappeler à ces militants de bonne volonté, les « éduquer », dit-elle, que l’installation d’immigrants s’est historiquement réalisée par la confiscation de terres et de contrôle du territoire aux autochtones des très diverses sociétés d’Amérique du Nord.

Le billet de Melanie Yazzie initiant le #

Autochtones comme militants sont ainsi alliés contre cette mesure de l’État fédéral, mais leur critique de ce dernier par les autochtones ne peut être placée sur le même plan, elle est plus radicale.

La perspective autochtone change en effet la perspective concernant cette mesure en mettant en doute la légitimité de l’État fédéral à interdire l’entrée sur un territoire qu’il contrôle de manière, selon eux, historiquement et juridiquement contestables. C’est cette critique qui est exprimée à la fois par le terme « stolen » (volées) du mot-dièse, mais aussi par la tenue de cérémonie d’accueil autochtones. Nick Estes, qui vient d’une réserve dans le Dakota, a assisté à une telle cérémonie organisée par les Tongva à l’aéroport international de Los Angeles. Il considère que ces cérémonies sont un « moyen d’affirmer leur juridiction sur le territoire ».

[visuel créé par Nigit’stil Norbert, artiste et activiste Gwich’in  de Yellowknife, Canada]

Quel avenir a cette convergence des luttes et cet enjeu de l’intégration de la dimension autochtone dans le militantisme, la question reste posée.

Pour poursuivre la réflexion, bientôt un billet sur la question des réactions autochtones à la construction du mur à la frontière entre États-Unis et Mexique sur leurs terres.

http://www.cbc.ca/news/indigenous/indigenous-activists-immigration-ban-1.3960814l


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *