La « frontière » en Europe. Lecture de Sahlins.

SAHLINS

Cela faisait un certain temps qu’il fallait que je lise le livre de Sahlins sur la frontière entre Espagne et France, Frontières et identités nationales: la France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le XVIIe siècle (Boundaries, the making of France and Spain in the Pyrénées). La lecture de Sahlins est intéressante pour moi à plusieurs niveaux:

–  C’est un Américain (et un Américain « de l’ouest ») qui écrit sur la frontière européenne. C’est donc un regard « post-turnerien ».

– Il traite de la frontière entre France et Espagne. Même s’il se concentre surtout sur la partie française, ses réflexions sur le côté espagnol sont pertinentes presque directement pour ma société de frontière colonisée initialement par l’Espagne

– Il traite de la création des identités nationales, en partant de la période moderne, ce qui lui permet de tenir compte des effets des monarchies absolues ou réformistes sur l’identité à la frontière, et ensuite de distinguer les effets de la Révolution française puis des révolutions espagnoles.

– Il m’a fait aussi re-prendre conscience de la petite taille de la communauté que j’étudie, ce qui a le mérite de remettre la Californie à sa place en terme d’importance, et de distinguer entre une importance géostratégique, ou encore symbolique, et une importance de phénomènes sociaux étudiés. Les réactions anti-États constatées en Californie peuvent être à juger à l’aune des résistances qu’on trouve dans de petites communautés villageoises

– Nord et Sud à envisager également comme la Cerdagne divisée en deux dans Sahlins. Les désaccords locaux sont plus importants que ceux au niveau macro dont on se sert pour mettre du poids dans les oppositions locales.

– L’État, au niveau de la frontière, est incarné par les douaniers, à ceux qui contrôlent l’entrée et la circulation des marchandises. Cela correspond à un moment de création de l’idée de « violation de territoire », avec une dimension financière à une époque où les revenus du gouvernement (en Californie) sont constitués presque uniquement par les droits de douane. Aussi réaction aux changements de volumes et de caractère du fait de changements économiques (révolution industrielle). Création de l’image du contrebandier ennemi de l’ordre social et moral. L’opposition à la contrebande peut aller alors jusqu’à l’interdiction du commerce. Autre problème: les incidents liés à la contrebande peuvent entraîner un risque de violations internationales (contre des ressortissants étrangers, contre un territoire étranger)…Sur ce sujet précis voir aussi Lauren Benton, A Search of Sovereignty. Law and Geography in the Eureopean Empires.

– Les « amphibies politiques » soit ceux qui se font passer selon le cas pour Français ou Espagnol existent en nombre certain; ils sont plutôt mal vus par les commautés locales plus que par les autorités nationales

– ce qui différencie ces conflits des disputes intercommunales classiques c’est l’existence de deux autorités étatiques distinctes à qui faire appel: les représentants des villages cherchent dans ce recours à l’autorité supérieure et nationale un renforcement de leur position. Ce faisant, les villages se situent au coeur de leurs nations respectives: à la fois dans les faits, en sollicitant l’autorité de leur État et dans le discours comme membres à part entière d’une communauté nationale


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *