Nuestra California. Faire Californie entre deux constructions nationales et impériales (années 1810-1850)

Si le blog a été très inactif, c’est que entre temps, j’ai pu finir ma thèse de doctorat \o/

Elle est accessible ici. Mais voici tout de même un abstract, et quelques illustrations. Depuis la soutenance le 29 novembre 2014, j’ai même eu l’honneur de me voir attribuer le prix de l’Institut des Amériques 2015.

Le cas de la Californie met en évidence le caractère impérial de la construction nationale du Mexique et des États-Unis au début du xixe siècle. Du point de vue du Mexique, malgré une volonté de rupture avec l’ordre colonial et d’harmonisation de tout le territoire, les frontières en général et la Californie en particulier sont vues comme des lieux d’exception. L’égalité des Indiens proclamée par l’indépendance s’y avère difficilement réalisable. « Mettre fin à l’ancien système » dans ces régions signifie mettre fin aux missions franciscaines et trouver d’autres moyens de les coloniser. Cependant, l’importance des missionnaires pour faire travailler les Indiens et empêcher les révoltes conduit le gouvernement à repousser la fin des missions. Les Amérindiens ont aussi leurs propres revendications sur une terre qu’ils considèrent comme leur. Les colons et soldats sont d’abord pour la plupart attachés au système tel qu’il est. Mais certains gouverneurs et d’autres intermédiaires orientent un certain nombre de jeunes gens vers une carrière publique et la conception de la Californie comme un projet politique fondé sur la souveraineté populaire puis la souveraineté des États. Se forme alors une élite locale prête à se révolter quand elle estime ses droits bafoués. Ces révoltes sont comparables aux révoltes fédéralistes au Mexique mais aussi à celles de colonies de peuplement dans les empires. La culture politique et les liens avec le Mexique évoluent aussi avec l’augmentation des circulations : à l’échelle régionale, le sud se rapproche du Mexique plus que le nord qui connaît une forte immigration de l’Oregon et de l’ouest des États-Unis. Du point de vue des États-Unis, l’espoir du consul à Monterey d’une demande d’annexion sans guerre est ruiné par l’initiative de migrants des années 1840, nourris des discours sur la « destinée manifeste », de défendre leurs droits à la terre et à une « vraie république » en Californie par l’attaque d’un poste de la frontière nord. Cette confrontation entre colons mexicains-californiens et migrants étatsuniens est celle de deux projets impériaux et nationaux sur un même territoire et illustre l’ambiguïté de la revendication de souveraineté, de liberté et d’égalité sur un territoire conquis.

Carte du Mexique 141003 Fonds de carte californie 140926-2


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *