#ParisAttacks et #AllLivesMatter : le retournement d’un slogan dans son voyage international

À l’occasion des attentats de Paris, certains ont repris sur les réseaux sociaux notamment, un slogan qui était dans l’air : « all lives matter » (voir ici et par exemple), ce qui en anglais – la langue commune actuelle – signifie que « toutes les vies comptent ». Repris dans ce contexte, ce slogan, sous forme de mot-dièse ou hashtag, permettait dans certains cas de mettre en valeur la diversité des victimes des attentats du vendredi 13 novembre (à laquelle répond le #tousunis), et dans d’autres que, malgré l’écho exceptionnel rencontré par ces attentats, il ne fallait pas oublier les nombreuses victimes touchées par le terrorisme de manière régulière dans d’autres pays. On a pu évoquer à cette occasion les attentats de Beyrouth, la veille (pour lesquels le fameux bouton « safety check » de Facebook n’avait pas été (encore) activé, ou encore la situation en Palestine et en Israël, où la peur de tels attentats est quotidienne. L’actualité devait de nouveau rappeler Boko Haram au souvenir de tous dans les jours suivants. La question de savoir qui était, des medias ou du public, responsable de cette déformation de l’attention, est devenu un sujet d’articles à son tour.

Le slogan « all lives matter » paraît ainsi inclusif, il invite à ouvrir son attention au reste du monde, et à ne pas rester focalisé sur la situation occidentale, voire sur le onzième arrondissement et sa jeunesse en terrasse. Mais, en tout cas c’est mon hypothèse à ce stade, si ce slogan a été repris, c’est qu’il était dans l’air. Il était dans l’air, du fait d’un mouvement de protestation aux États-Unis contre des homicides commis contre des noirs américains, à commencer par Trayvon Martin à l’été 2012, abattu par un homme qui se chargeait de faire régner l’ordre dans le quartier et avait trouvé louche cet adolescent en sweat à capuche. Lancé par un Tumblr, un groupe Facebook et un mot-dièse Twitter afin de fédérer un mouvement social, le mouvement « Black Lives Matter » a en effet généré une mobilisation, malheureusement entretenue par d’autres cas, comme la mort de Michael Brown en août 2014 qui fut à l’origine du mouvement de Ferguson et de l’extension du slogan et du mouvement à d’autres villes. On peut mentionner également les cas d’Eric Garner, mort étouffé par la police, ou encore de Walter Scott, abattu par une balle dans le dos alors qu’il fuit en avril 2015. Enfin, ce qui rapproche le plus ce mouvement du contexte français actuel, c’est la fusillade survenue dans une église noire de Charleston en juin 2015, où neuf personnes non armées et étudiant la bible perdent la vie aux mains d’un jeune homme blanc suprémacistes et admirateur de l’appartheid d’Afrique du Sud.

Le mouvement et le slogan « Black Lives Matter » a soulevé des objections, plus ou moins sincères. En effet, se demandait-on, pourquoi seulement les « vies noires » devaient-elle importer, compter ? Ces objections ont alors cristallisé le contre-slogan « All lives matter ». Or le slogan de départ avait bien l’intention de souligner les « vies noires », pour dénoncer une discrimination ancrée dans la société américaine, et qu’on pourrait transposer à l’échelle globale. Ce slogan est important précisément parce que dans le système actuel, beaucoup d’éléments semblent prouver que les « vies noires » comptent moins : l’assassinat d’un noir par la police est moins puni, paraît moins scandaleux que la mort de blancs. On parle de terrorisme lorsque des musulmans extrêmistes se livrent à une fusillade, mais pas lorsqu’un jeune blanc abat des fidèles dans une église noire, précisément parce qu’ils sont noirs. On dit alors qu’il s’agit d’un incident isolé, on souligne la fragilité mentale dudit individu. La phrase « Black Lives Matter » permet alors de resituer son acte dans une série d’autres événements et de montrer qu’il s’agit d’un problème structurel de la société. Dans le contexte étatsunien, « AllLivesMatter » a été notamment utilisé par les franges les plus conservatrices du pays, dans un contexte de campagne pour les primaires républicaines. « All lives matter », dans le contexte étatsunien est au pire (et souvent) raciste, au mieux naïf. Il est aveugle à ce qu’on appelle le « white privilege », le fait que structurellement les blancs soient mieux traités, aient un meilleur accès à l’éducation, à la justice, etc que les noirs américains.

La reprise de « All lives matter » dans le contexte des attentats de Paris est alors une inversion, un symétrique de cette situation : on veut dénoncer par ce slogan le fait que ce ne sont pas seulement les vies parisiennes qui comptent, mais aussi les vies palestiniennes, libanaises, nigérianes, syriennes, etc.

Il est fortement probable que les personnes ayant repris « all lives matter » dans ce contexte pour dénoncer le déficit d’attention aux autres attentats ailleurs dans le monde, dans des pays et villes moins privilégiés l’ait fait au premier degré. À moins qu’il ne s’agisse d’un troisième degré ironique. Dans tous les cas, on peut se demander s’il n’est pas dommage de couper ce binôme de ses racines politiques.

Vaudrait-il mieux adapter le slogan par un #ArabLivesMatter ou #OtherLivesMatter ? Les personnes à l’origine de la mobilisation étatsunienne préféreraient qu’un réel travail soit fait plutôt qu’une répétition et une récupération un peu simpliste du leur. Dans tous les cas, un slogan, s’il peut mobiliser, ne peut dispenser de penser, et de penser politiquement.

[edit] Nicolas Martin Breteau suggère de provoquer la réflexion par la question : #Whoselivesmatter

Dans tous les cas, cette reprise est intéressante dans le contexte d’une circulation des mobilisations et des mots d’ordre que l’on peut constater depuis le début des années 2010.

Et le storify des réactions de Martha Jones et Nicolas Martin Breteau sur Twitter

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *