Archives de catégorie : Billets

#NoBanOnStolenLands : repenser la « nation d’immigrants » avec la perspective autochtone

Classiquement, dans de nombreux pays où le débat sur l’immigration est posé, anciens immigrants et nouveaux immigrants sont opposés : les uns se seraient intégrés facilement ; les nouveaux en seraient moins capables. On le constate à plusieurs reprises pour la France comme pour les États-Unis.

Pour l’Amérique du Nord, l’histoire récente de la colonisation et des migrations rendent ce récit plus complexe encore : que faire des habitants qui pré-existaient à la colonisation et à la conquête et s’y sont opposé ? Que faire des colonisations et migrations qui se sont succédées sous différentes souverainetés ? Je pense par exemple, et je l’ai déjà évoqué, à la revendication des Mexicains et Mexicains-Américains d’avoir été présents avant dans le Sud-Ouest, et donc d’y avoir des droits en dépit de leur statut d’immigrés parfois sans papiers.

Une des réponses des historiens a été l’adoption du paradigme du « colonialisme de peuplement » (settler colonialism), qui pose des problèmes qui ne sont pas la question ici.

Mais aujourd’hui je voudrai m’intéresser à une autre réponse, celle qui apparaît sur Twitter via le mot-clé #NoBanOnStolenLand (« pas d’exclusion sur des terres volées »)

Ce slogan tire son origine d’un malaise de militants autochtones au sein des manifestations visant à dénoncer le « Muslim Ban », ce décret présidentiel pris par Trump pour filtrer l’immigration, même légale, venue de 7 pays à majorité musulmane.

C’est une femme navajo qui l’a proposé, en réaction contre les chants patriotiques glorifiant les États-Unis comme une nation d’immigrants. Il faut rappeler à ces militants de bonne volonté, les « éduquer », dit-elle, que l’installation d’immigrants s’est historiquement réalisée par la confiscation de terres et de contrôle du territoire aux autochtones des très diverses sociétés d’Amérique du Nord.

Le billet de Melanie Yazzie initiant le #

Autochtones comme militants sont ainsi alliés contre cette mesure de l’État fédéral, mais leur critique de ce dernier par les autochtones ne peut être placée sur le même plan, elle est plus radicale.

La perspective autochtone change en effet la perspective concernant cette mesure en mettant en doute la légitimité de l’État fédéral à interdire l’entrée sur un territoire qu’il contrôle de manière, selon eux, historiquement et juridiquement contestables. C’est cette critique qui est exprimée à la fois par le terme « stolen » (volées) du mot-dièse, mais aussi par la tenue de cérémonie d’accueil autochtones. Nick Estes, qui vient d’une réserve dans le Dakota, a assisté à une telle cérémonie organisée par les Tongva à l’aéroport international de Los Angeles. Il considère que ces cérémonies sont un « moyen d’affirmer leur juridiction sur le territoire ».

[visuel créé par Nigit’stil Norbert, artiste et activiste Gwich’in  de Yellowknife, Canada]

Quel avenir a cette convergence des luttes et cet enjeu de l’intégration de la dimension autochtone dans le militantisme, la question reste posée.

Pour poursuivre la réflexion, bientôt un billet sur la question des réactions autochtones à la construction du mur à la frontière entre États-Unis et Mexique sur leurs terres.

http://www.cbc.ca/news/indigenous/indigenous-activists-immigration-ban-1.3960814l

Les primaires républicaines, le pape et les immigrants mexicains aux États-Unis

Au mois de mars dernier, lors d’une visite au Mexique, le pape François s’est rendu à la frontière avec les États-Unis, au bord d’un fleuve qui ne porte pas le même nom d’une rive à l’autre (Rio Bravo/Rio Grande). De part et d’autre de ce fleuve étaient assemblés des Catholiques, pour la plupart d’origine mexicaine, venus l’écouter et avoir l’occasion de voir de plus près le premier pape latino-américain (le pape François est Argentin).

Pope-border-El-Paso-1

 

Ceux qui se trouvaient sur la rive nord se plaignaient de ne pouvoir traverser, de peur de ne pouvoir revenir de l’autre côté une fois la messe dite. Aujourd’hui, cette frontière est en effet une ligne très significative, séparatrice, pour ceux qui vivent de part et d’autre.

Mais cette ligne est aussi franchie, légalement ou illégalement, par des millions de personnes, dont beaucoup viennent du sud pour trouver de meilleures opportunités au nord. Les flux se font aussi de plus en plus dans l’autre sens. Cette limite se construit dans l’épaisseur spatiale d’une zone de circulations, d’une zone polarisée par les différences de part et d’autre.

Comme pour la canonisation du fondateur des missions espagnoles en Californie, c’est pour tenter de donner une meilleure place à ces migrants, mis en cause par certains politiciens américains, que le pape François s’est rendu sur la frontière. Il faut noter cependant que la thématique des migrants dépasse le cadre américain, puisque le pape défend également une politique plus humaine vis-à-vis des migrants en Europe. Néanmoins, dans ce cas, le pape a été explicite et s’est invité dans la campagne des primaires américaines, en estimant que si Trump voulait vraiment déporter les immigrants en situation illégale, « il n’était pas chrétien » : « être chrétien,  ce n’est pas construire des murs, mais des ponts » a-t-il dit en référence à la volonté de Donald Trump de faire construire un mur à la (très longue) frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Il faut se souvenir que dans le cadre politique étatsunien, en particulier du côté républicain (parti dans le cadre duquel Donald Trump candidate aux primaires), il s’agit là d’une grave accusation, de nature à lui porter un préjudice important au sein de l’électorat le plus conservateur. Or ces remarques ont été faites juste avant la primaire en Caroline du Sud, un État particulièrement religieux.

D’un autre côté, il y a aussi aux États-Unis, majoritairement protestants, une longue tradition de méfiance vis-à-vis non seulement des Catholiques, mais de leur chef de file, le Pape. Le catholicisme des immigrants irlandais, par exemple, a été au XIXe siècle un moyen de remettre en cause leur loyalisme à leur nation d’adoption. De plus, les républicains ont été très critiques envers un Pape qu’ils estiment trop libéral à leur goût sur les questions de société, et trop régulateur sur les questions économiques et d’environnement.

Ceux-ci ont été rapides à signaler qu’un mur encadrait complètement la cité du Vatican : était-ce bien chrétien que cela ? Comme pour y répondre, le pape François a ramené mi-avril de Syrie trois familles de Syriens pour les héberger au Vatican.

#ParisAttacks et #AllLivesMatter : le retournement d’un slogan dans son voyage international

À l’occasion des attentats de Paris, certains ont repris sur les réseaux sociaux notamment, un slogan qui était dans l’air : « all lives matter » (voir ici et par exemple), ce qui en anglais – la langue commune actuelle – signifie que « toutes les vies comptent ». Repris dans ce contexte, ce slogan, sous forme de mot-dièse ou hashtag, permettait dans certains cas de mettre en valeur la diversité des victimes des attentats du vendredi 13 novembre (à laquelle répond le #tousunis), et dans d’autres que, malgré l’écho exceptionnel rencontré par ces attentats, il ne fallait pas oublier les nombreuses victimes touchées par le terrorisme de manière régulière dans d’autres pays. On a pu évoquer à cette occasion les attentats de Beyrouth, la veille (pour lesquels le fameux bouton « safety check » de Facebook n’avait pas été (encore) activé, ou encore la situation en Palestine et en Israël, où la peur de tels attentats est quotidienne. L’actualité devait de nouveau rappeler Boko Haram au souvenir de tous dans les jours suivants. La question de savoir qui était, des medias ou du public, responsable de cette déformation de l’attention, est devenu un sujet d’articles à son tour.

Le slogan « all lives matter » paraît ainsi inclusif, il invite à ouvrir son attention au reste du monde, et à ne pas rester focalisé sur la situation occidentale, voire sur le onzième arrondissement et sa jeunesse en terrasse. Mais, en tout cas c’est mon hypothèse à ce stade, si ce slogan a été repris, c’est qu’il était dans l’air. Il était dans l’air, du fait d’un mouvement de protestation aux États-Unis contre des homicides commis contre des noirs américains, à commencer par Trayvon Martin à l’été 2012, abattu par un homme qui se chargeait de faire régner l’ordre dans le quartier et avait trouvé louche cet adolescent en sweat à capuche. Lancé par un Tumblr, un groupe Facebook et un mot-dièse Twitter afin de fédérer un mouvement social, le mouvement « Black Lives Matter » a en effet généré une mobilisation, malheureusement entretenue par d’autres cas, comme la mort de Michael Brown en août 2014 qui fut à l’origine du mouvement de Ferguson et de l’extension du slogan et du mouvement à d’autres villes. On peut mentionner également les cas d’Eric Garner, mort étouffé par la police, ou encore de Walter Scott, abattu par une balle dans le dos alors qu’il fuit en avril 2015. Enfin, ce qui rapproche le plus ce mouvement du contexte français actuel, c’est la fusillade survenue dans une église noire de Charleston en juin 2015, où neuf personnes non armées et étudiant la bible perdent la vie aux mains d’un jeune homme blanc suprémacistes et admirateur de l’appartheid d’Afrique du Sud.

Le mouvement et le slogan « Black Lives Matter » a soulevé des objections, plus ou moins sincères. En effet, se demandait-on, pourquoi seulement les « vies noires » devaient-elle importer, compter ? Ces objections ont alors cristallisé le contre-slogan « All lives matter ». Or le slogan de départ avait bien l’intention de souligner les « vies noires », pour dénoncer une discrimination ancrée dans la société américaine, et qu’on pourrait transposer à l’échelle globale. Ce slogan est important précisément parce que dans le système actuel, beaucoup d’éléments semblent prouver que les « vies noires » comptent moins : l’assassinat d’un noir par la police est moins puni, paraît moins scandaleux que la mort de blancs. On parle de terrorisme lorsque des musulmans extrêmistes se livrent à une fusillade, mais pas lorsqu’un jeune blanc abat des fidèles dans une église noire, précisément parce qu’ils sont noirs. On dit alors qu’il s’agit d’un incident isolé, on souligne la fragilité mentale dudit individu. La phrase « Black Lives Matter » permet alors de resituer son acte dans une série d’autres événements et de montrer qu’il s’agit d’un problème structurel de la société. Dans le contexte étatsunien, « AllLivesMatter » a été notamment utilisé par les franges les plus conservatrices du pays, dans un contexte de campagne pour les primaires républicaines. « All lives matter », dans le contexte étatsunien est au pire (et souvent) raciste, au mieux naïf. Il est aveugle à ce qu’on appelle le « white privilege », le fait que structurellement les blancs soient mieux traités, aient un meilleur accès à l’éducation, à la justice, etc que les noirs américains.

La reprise de « All lives matter » dans le contexte des attentats de Paris est alors une inversion, un symétrique de cette situation : on veut dénoncer par ce slogan le fait que ce ne sont pas seulement les vies parisiennes qui comptent, mais aussi les vies palestiniennes, libanaises, nigérianes, syriennes, etc.

Il est fortement probable que les personnes ayant repris « all lives matter » dans ce contexte pour dénoncer le déficit d’attention aux autres attentats ailleurs dans le monde, dans des pays et villes moins privilégiés l’ait fait au premier degré. À moins qu’il ne s’agisse d’un troisième degré ironique. Dans tous les cas, on peut se demander s’il n’est pas dommage de couper ce binôme de ses racines politiques.

Vaudrait-il mieux adapter le slogan par un #ArabLivesMatter ou #OtherLivesMatter ? Les personnes à l’origine de la mobilisation étatsunienne préféreraient qu’un réel travail soit fait plutôt qu’une répétition et une récupération un peu simpliste du leur. Dans tous les cas, un slogan, s’il peut mobiliser, ne peut dispenser de penser, et de penser politiquement.

[edit] Nicolas Martin Breteau suggère de provoquer la réflexion par la question : #Whoselivesmatter

Dans tous les cas, cette reprise est intéressante dans le contexte d’une circulation des mobilisations et des mots d’ordre que l’on peut constater depuis le début des années 2010.

Et le storify des réactions de Martha Jones et Nicolas Martin Breteau sur Twitter

 

 

 

L’immigration illégale en Californie en 1833…

Après l’actualité de la canonisation de Junipero Serra, voici un couple de billets : l’un sur le thème de l’immigration illégale, ci-dessous, où l’on voit qu’en 1833, dans un jeu de miroir intéressant, les « clandestins » étaient les immigrants souvent étatsuniens, dans l’illégalité par rapport aux lois mexicaines, que les gouvernants avaient là aussi du mal à faire appliquer; l’autre sur le thème du traitement des Amérindiens au sein des missions, et des évolutions que la révolution espagnole libérale des années 1810 puis l’indépendance du Mexique en 1821 étaient censées y avoir apporté.

« Remite la relación de estrangeros introducidos y cuyo numero cree es « mucho mayor » a causa de que unos se han introducido sin las formalidades prevenidas y otros no aparecen registrados y porque algunos que son marineros desertores se ocultan para quedarse en el pais » Bancroft Library, Departmental State Papers [C-A 28], 11, 3 juin 1833, le gouverneur Figueroa au ministère de l’Intérieur (Relaciones interiores y exteriores)

Traduction: « [Le gouverneur] remet un rapport sur les étrangers qui se sont introduits [sur le territoire]  et dont il pense que le nombre est bien supérieur, du fait que certains sont entrés sans les formalités prévues [par la loi], d’autres ne se sont pas enregistrés et parce que quelques uns sont des marins déserteurs qui se cachent pour rester dans le pays »

La date est importante: en effet, les années 1830 voient les circulations continentales s’installer entre l’ouest des États-Unis (ouest transmississipien) et la côte Pacifique. C’est ainsi l’époque des « rendez-vous » des trappeurs à l’ouest des Montagnes Rocheuses, instaurés par William Henry Ashley à partir de 1825. C’est aussi ce qu’on appelle « l’ouverture du Old Spanish Trail », itinéraire qui complète celui entre St Louis et Santa Fe (Santa Fe trail) vers Los Angeles. Il devient un itinéraire de commerce voire de trafic (commerce illégal et vol) de bétail, mené par des groupes mixtes de nouveaux-mexicains d’ascendances diverses, d’Amérindiens notamment Utes, de mountain men et autres commerçants d’horizons divers. De plus, c’est également l’époque de la multiplication des baleiniers et des commerçants du cuir et du suif sur la côte californienne. Néanmoins, jusqu’en 1835, les inquiétudes du gouvernement mexicain sont surtout concentrées sur les Russes et leur établissement de Fort Ross, au nord de San Francisco.

En 1833, la Californie était officiellement gouvernée par le Mexique, indépendant depuis 1821. Les finances étriquées de la nouvelle nation et la distance entre la frontière nord et Mexico limitaient néanmoins les moyens disponibles au gouverneur pour policer la frontière et faire appliquer la loi. Si le Mexique n’était pas opposé à l’immigration étrangère, il imposait des mesures d’enregistrement des circulations (aussi bien intérieures qu’extérieures, et pour les nationaux également), d’autant plus dans les zones de frontière. Les immigrants ne pouvaient être autorisés à recevoir des concessions de terre qu’une fois naturalisés, et donc, entre autres, convertis au catholicisme. Le gouverneur avait l’ordre de limiter de telles installations sur les zones frontières afin de ne pas créer des zones susceptibles d’être revendiquées par d’autres nations ou empires alors que précisément le Pacifique Nord-Ouest était un objet de convoitise.

Cet extrait d’archives est donc symptomatique à la fois de cet état d’esprit et des difficultés à l’appliquer concrètement. Il est aussi révélateur par sa familiarité avec la rhétorique actuelle sur l’immigration clandestine, qui résonne particulièrement, vu le contexte géographique, avec la situation californienne d’aujourd’hui. Il confirme les liens entre construction nationale, construction de l’État et gestion de l’immigration. Il confirme aussi les moyens perçus comme nécessaires pour protéger cette construction de cette immigration: l’enregistrement, le non-enregistrement devenant une menace. Il s’agit donc moins d’interdire que de contrôler, et l’échec du contrôle a pour conséquence la perception de la menace.

En l’occurrence, s’ajoute ici en filigrane un enjeu supplémentaire, celui d’occuper, de coloniser la frontière: il faut la peupler pour la tenir, mais la peupler de citoyens qui puissent la défendre au nom de l’État qui les envoie.

Nuestra California. Faire Californie entre deux constructions nationales et impériales (années 1810-1850)

Si le blog a été très inactif, c’est que entre temps, j’ai pu finir ma thèse de doctorat \o/

Elle est accessible ici. Mais voici tout de même un abstract, et quelques illustrations. Depuis la soutenance le 29 novembre 2014, j’ai même eu l’honneur de me voir attribuer le prix de l’Institut des Amériques 2015.

Le cas de la Californie met en évidence le caractère impérial de la construction nationale du Mexique et des États-Unis au début du xixe siècle. Du point de vue du Mexique, malgré une volonté de rupture avec l’ordre colonial et d’harmonisation de tout le territoire, les frontières en général et la Californie en particulier sont vues comme des lieux d’exception. L’égalité des Indiens proclamée par l’indépendance s’y avère difficilement réalisable. « Mettre fin à l’ancien système » dans ces régions signifie mettre fin aux missions franciscaines et trouver d’autres moyens de les coloniser. Cependant, l’importance des missionnaires pour faire travailler les Indiens et empêcher les révoltes conduit le gouvernement à repousser la fin des missions. Les Amérindiens ont aussi leurs propres revendications sur une terre qu’ils considèrent comme leur. Les colons et soldats sont d’abord pour la plupart attachés au système tel qu’il est. Mais certains gouverneurs et d’autres intermédiaires orientent un certain nombre de jeunes gens vers une carrière publique et la conception de la Californie comme un projet politique fondé sur la souveraineté populaire puis la souveraineté des États. Se forme alors une élite locale prête à se révolter quand elle estime ses droits bafoués. Ces révoltes sont comparables aux révoltes fédéralistes au Mexique mais aussi à celles de colonies de peuplement dans les empires. La culture politique et les liens avec le Mexique évoluent aussi avec l’augmentation des circulations : à l’échelle régionale, le sud se rapproche du Mexique plus que le nord qui connaît une forte immigration de l’Oregon et de l’ouest des États-Unis. Du point de vue des États-Unis, l’espoir du consul à Monterey d’une demande d’annexion sans guerre est ruiné par l’initiative de migrants des années 1840, nourris des discours sur la « destinée manifeste », de défendre leurs droits à la terre et à une « vraie république » en Californie par l’attaque d’un poste de la frontière nord. Cette confrontation entre colons mexicains-californiens et migrants étatsuniens est celle de deux projets impériaux et nationaux sur un même territoire et illustre l’ambiguïté de la revendication de souveraineté, de liberté et d’égalité sur un territoire conquis.

Carte du Mexique 141003 Fonds de carte californie 140926-2

Zorro ?

Pourquoi appeler un carnet de recherches sur la politisation, la construction nationale et la frontière « Zorro »?

Tout d’abord, c’est une manière pédagogique, ludique et éclairante de présenter ses recherches à un profane. En effet, la plupart des gens ne savent pas qu’ils savent que la Californie fut espagnole puis mexicaine avant de devenir l’un des fleurons des États-Unis, paradis balnéaire, capitale des babas-cools et du cinéma, Mecque des homosexuels, pépinière de start-ups et bien d’autres choses encore. En revanche, évoquez le nom de Zorro, et tout s’éclaire, tels des diables sortant de leur boîte, voici le sergent Garcia, Don Diego, un Padre affable et un commandant tyrannique. Le cadre étant installé, on peut ensuite discuter. J’ajoute même que c’est un luxe pour un chercheur de pouvoir invoquer autant de problématiques historiques au cours d’une soirée, un verre de bon vin (californien?) à la main.

J’en viens donc aux raisons plus scientifiques. Premièrement – au premier degré – Zorro se passe sur la frontière, et il s’y passe des choses politiques. Je reviendrai dans des billets ultérieurs sur la notion de « frontière » et de « borderlands », mais indéniablement, nous avons dans Zorro constamment la préoccupation de la sauvagerie de la frontière, qu’il s’agisse de la menace d’attaques indiennes, ou d’une loi de la jungle qui se déploie d’autant plus facilement qu’on est loin du regard arbitre de la Couronne, et personnifiée en général soit par des militaires imbus de leur pouvoir ou par des comploteurs corrompus ou corrupteurs.

Cela me mène à la politique. Don Diego revient en Californie alors qu’il étudiait en Espagne à l’appel de son père pour qu’il tienne tête à un capitaine tyrannique. Dans d’autres épisodes, Zorro déjoue des conspirations visant à renverser le gouvernement, à livrer la Californie à une puissance étrangère, à la rendre indépendante ou encore se met du côté des opprimés par les collectes fiscales. Les enjeux classiques de la politisation sont donc présents. On notera que selon la perception valorisée ou non de ces événements, Zorro met son poids d’un côté, ou de l’autre…

En effet, il est un dernier aspect qui illustre ma perspective de recherche. Avant d’être une série par Walt Disney, Zorro est la création d’un new yorkais, Johsnton McCulley, qui publia la première histoire du personnage de fiction en 1919 dans un pulp, revues illustrées populaires et à bas prix, la version magazine des dime novels. Les développements de cette histoire feront l’objet d’un autre billet, mais je voudrais ici simplement mettre en évidence que c’est un personnage qui est un produit dérivé de la rencontre entre les Anglo-américains et les Hispano-mexicains en Californie. Et du même coup il faut bien avouer que les raisons scientifiques que j’ai évoquées ne sont que des prétextes, puisqu’il s’agit bien d’une représentation, dont nous évoquerons bientôt comment elle s’est construite, de l’héritage hispanique de la Californie et de la Californie avant la conquête, justifiant cette même conquête. La boucle est ainsi bouclée, et de la frontière « turnerienne » sauvage et violente on passe à la frontière rencontre, de l’absence d’État et de Nation fixe on arrive à la légende nationale, voire ethnique, de la dénonciation de la tyrannie à la célébration du héros déjà…américain.

Présentation du carnet

Zorro est un carnet autour de ma recherche  sur la frontière nord américaine aux XVIIIe et XIXe s. Il s’agit de faire part de mes hypothèses et de mes résultats. Plus largement, dans le but de contribuer au décloisonnement de la recherche entre d’une part histoires nationales et d’autre part périodes historiques, je présenterai ici des éléments de veille scientifique portant sur les zones de contact ou d’interactions entre personnes issues de communautés politiques différentes (Grande Bretagne, États-Unis, France, Espagne, Mexique, Amerindiens) plus particulièrement entre 1850 et 1880 et avec un accent mis sur les relations entre Mexique et États-Unis. Mon approche thématique privilégie une histoire sociale du politique (pratiques, représentations etc.) et mise en évidence de la nation comme projet construit et porté par des individus.

Apacheria