La canonisation controversée de Junipero Serra

Junipero Serra est le missionnaire franciscain originaire de Majorque derrière la fondation des missions de Californie, et même l’un des personnages déterminants derrière la décision de l’empire espagnol de finalement affirmer sa présence au nord de la péninsule de Basse-Californie en 1768-69.

Lors de sa visite aux États-Unis la semaine dernière, le pape François a procédé à sa canonisation, une décision prise quelques mois plus tôt. Cette décision semble contraster avec des déclarations précédentes du pape en Bolivie notamment, où il avait demandé pardon aux populations autochtones pour les crimes commis par l’Église. L’annonce du reste n’a pas manqué de provoquer des remous, surtout en Californie, de la part des représentant des organisations autochtones.

Le week end suivant la canonisation, le cimetière où est enterré Serra non loin de Monterey a fait l’objet d’une profanation (les attaques ne visant que les tombes euro-américaines et pas amérindiennes, l’acte est sous le coup d’une investigation comme « crime de haine » – hate crime) : les auteurs ont pris soin d’ancrer leur acte dans une critique de la canonisation en écrivant en lettres rouges « Saint of genocide ».

Bien que les crimes les plus importants, voire la qualification de génocide, soit plutôt attribués par les historiens aux « Argonautes » de la ruée vers l’or après 1848, les Espagnols, et en particulier les missionnaires, portent la responsabilité d’avoir inauguré la colonisation de la Californie, d’y avoir porté des germes destructeurs. Les missions religieuses ont été décrites (par les libéraux du XIXe s., non sans arrière pensée, mais aussi par les historiens, notamment depuis les années 1970) non seulement comme des lieux de rencontre de la « bonne nouvelle » chrétienne (comme voudrait le faire le pape François) mais aussi comme des lieux de discipline, de destruction démographique et culturelle des Amérindiens.

Comme le dit l’historien Stephen Hackel, spécialiste des missions franciscaines de Californie et auteur d’une biographie de Serra, il faut chercher dans le choix délibéré du pape une prise de position sur un contexte nord-américain distinct du contexte sud-américain; c’est d’autant plus notable que le pape est lui-même un Américain, un Argentin issu de l’immigration italienne. Comme le montre son discours au Congrès américain, le pape a choisi son message aux États-Unis : en mettant en valeur les sociétés américaines comme des sociétés d’immigration (et non de conquête et de colonisation, comme il l’avait fait en Bolivie), il s’agit bien ici de défendre la place et la dignité des immigrants, en particulier les hispanophones catholiques, ces derniers temps fort malmenés dans la campagne républicaine, en particulier par Donald Trump.  Il s’agit donc, à la manière de certains Catholiques du XXe s. par exemple décrits par l’historienne Anne Martinez, de restituer le rôle des hispanophones dans l’Histoire des États-Unis avec un grand « H », quitte à sacrifier au récit de la « destinée manifeste », celui de la conquête du continent nord-américain pour l’empire de la liberté (et de la civilisation).

BIBLIOGRAPHIE

Lisbeth Haas, Conquests and historical identities in California, 1769-1936, Berkeley, University of California Press, 1995.

Steven W. Hackel, Children of Coyote, Missionaries of Saint Francis: Indian-Spanish Relations in Colonial California, 1769-1850, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2005

Steven W Hackel, Junípero Serra: California’s founding father, 2013.

Brendan C Lindsay, Murder State: California’s Native American Genocide, 1846-1873, Lincoln, University of Nebraska Press, 2012.

Anne M Martinez, Catholic borderlands: mapping Catholicism onto American empire, 1905-1935, 2014.

 

Nuestra California. Faire Californie entre deux constructions nationales et impériales (années 1810-1850)

Si le blog a été très inactif, c’est que entre temps, j’ai pu finir ma thèse de doctorat \o/

Elle est accessible ici. Mais voici tout de même un abstract, et quelques illustrations. Depuis la soutenance le 29 novembre 2014, j’ai même eu l’honneur de me voir attribuer le prix de l’Institut des Amériques 2015.

Le cas de la Californie met en évidence le caractère impérial de la construction nationale du Mexique et des États-Unis au début du xixe siècle. Du point de vue du Mexique, malgré une volonté de rupture avec l’ordre colonial et d’harmonisation de tout le territoire, les frontières en général et la Californie en particulier sont vues comme des lieux d’exception. L’égalité des Indiens proclamée par l’indépendance s’y avère difficilement réalisable. « Mettre fin à l’ancien système » dans ces régions signifie mettre fin aux missions franciscaines et trouver d’autres moyens de les coloniser. Cependant, l’importance des missionnaires pour faire travailler les Indiens et empêcher les révoltes conduit le gouvernement à repousser la fin des missions. Les Amérindiens ont aussi leurs propres revendications sur une terre qu’ils considèrent comme leur. Les colons et soldats sont d’abord pour la plupart attachés au système tel qu’il est. Mais certains gouverneurs et d’autres intermédiaires orientent un certain nombre de jeunes gens vers une carrière publique et la conception de la Californie comme un projet politique fondé sur la souveraineté populaire puis la souveraineté des États. Se forme alors une élite locale prête à se révolter quand elle estime ses droits bafoués. Ces révoltes sont comparables aux révoltes fédéralistes au Mexique mais aussi à celles de colonies de peuplement dans les empires. La culture politique et les liens avec le Mexique évoluent aussi avec l’augmentation des circulations : à l’échelle régionale, le sud se rapproche du Mexique plus que le nord qui connaît une forte immigration de l’Oregon et de l’ouest des États-Unis. Du point de vue des États-Unis, l’espoir du consul à Monterey d’une demande d’annexion sans guerre est ruiné par l’initiative de migrants des années 1840, nourris des discours sur la « destinée manifeste », de défendre leurs droits à la terre et à une « vraie république » en Californie par l’attaque d’un poste de la frontière nord. Cette confrontation entre colons mexicains-californiens et migrants étatsuniens est celle de deux projets impériaux et nationaux sur un même territoire et illustre l’ambiguïté de la revendication de souveraineté, de liberté et d’égalité sur un territoire conquis.

Carte du Mexique 141003 Fonds de carte californie 140926-2