Archives par mot-clé : 1835

L’immigration illégale en Californie en 1833…

Après l’actualité de la canonisation de Junipero Serra, voici un couple de billets : l’un sur le thème de l’immigration illégale, ci-dessous, où l’on voit qu’en 1833, dans un jeu de miroir intéressant, les « clandestins » étaient les immigrants souvent étatsuniens, dans l’illégalité par rapport aux lois mexicaines, que les gouvernants avaient là aussi du mal à faire appliquer; l’autre sur le thème du traitement des Amérindiens au sein des missions, et des évolutions que la révolution espagnole libérale des années 1810 puis l’indépendance du Mexique en 1821 étaient censées y avoir apporté.

« Remite la relación de estrangeros introducidos y cuyo numero cree es « mucho mayor » a causa de que unos se han introducido sin las formalidades prevenidas y otros no aparecen registrados y porque algunos que son marineros desertores se ocultan para quedarse en el pais » Bancroft Library, Departmental State Papers [C-A 28], 11, 3 juin 1833, le gouverneur Figueroa au ministère de l’Intérieur (Relaciones interiores y exteriores)

Traduction: « [Le gouverneur] remet un rapport sur les étrangers qui se sont introduits [sur le territoire]  et dont il pense que le nombre est bien supérieur, du fait que certains sont entrés sans les formalités prévues [par la loi], d’autres ne se sont pas enregistrés et parce que quelques uns sont des marins déserteurs qui se cachent pour rester dans le pays »

La date est importante: en effet, les années 1830 voient les circulations continentales s’installer entre l’ouest des États-Unis (ouest transmississipien) et la côte Pacifique. C’est ainsi l’époque des « rendez-vous » des trappeurs à l’ouest des Montagnes Rocheuses, instaurés par William Henry Ashley à partir de 1825. C’est aussi ce qu’on appelle « l’ouverture du Old Spanish Trail », itinéraire qui complète celui entre St Louis et Santa Fe (Santa Fe trail) vers Los Angeles. Il devient un itinéraire de commerce voire de trafic (commerce illégal et vol) de bétail, mené par des groupes mixtes de nouveaux-mexicains d’ascendances diverses, d’Amérindiens notamment Utes, de mountain men et autres commerçants d’horizons divers. De plus, c’est également l’époque de la multiplication des baleiniers et des commerçants du cuir et du suif sur la côte californienne. Néanmoins, jusqu’en 1835, les inquiétudes du gouvernement mexicain sont surtout concentrées sur les Russes et leur établissement de Fort Ross, au nord de San Francisco.

En 1833, la Californie était officiellement gouvernée par le Mexique, indépendant depuis 1821. Les finances étriquées de la nouvelle nation et la distance entre la frontière nord et Mexico limitaient néanmoins les moyens disponibles au gouverneur pour policer la frontière et faire appliquer la loi. Si le Mexique n’était pas opposé à l’immigration étrangère, il imposait des mesures d’enregistrement des circulations (aussi bien intérieures qu’extérieures, et pour les nationaux également), d’autant plus dans les zones de frontière. Les immigrants ne pouvaient être autorisés à recevoir des concessions de terre qu’une fois naturalisés, et donc, entre autres, convertis au catholicisme. Le gouverneur avait l’ordre de limiter de telles installations sur les zones frontières afin de ne pas créer des zones susceptibles d’être revendiquées par d’autres nations ou empires alors que précisément le Pacifique Nord-Ouest était un objet de convoitise.

Cet extrait d’archives est donc symptomatique à la fois de cet état d’esprit et des difficultés à l’appliquer concrètement. Il est aussi révélateur par sa familiarité avec la rhétorique actuelle sur l’immigration clandestine, qui résonne particulièrement, vu le contexte géographique, avec la situation californienne d’aujourd’hui. Il confirme les liens entre construction nationale, construction de l’État et gestion de l’immigration. Il confirme aussi les moyens perçus comme nécessaires pour protéger cette construction de cette immigration: l’enregistrement, le non-enregistrement devenant une menace. Il s’agit donc moins d’interdire que de contrôler, et l’échec du contrôle a pour conséquence la perception de la menace.

En l’occurrence, s’ajoute ici en filigrane un enjeu supplémentaire, celui d’occuper, de coloniser la frontière: il faut la peupler pour la tenir, mais la peupler de citoyens qui puissent la défendre au nom de l’État qui les envoie.