Archives par mot-clé : Johnston McCulley

Zorro ?

Pourquoi appeler un carnet de recherches sur la politisation, la construction nationale et la frontière « Zorro »?

Tout d’abord, c’est une manière pédagogique, ludique et éclairante de présenter ses recherches à un profane. En effet, la plupart des gens ne savent pas qu’ils savent que la Californie fut espagnole puis mexicaine avant de devenir l’un des fleurons des États-Unis, paradis balnéaire, capitale des babas-cools et du cinéma, Mecque des homosexuels, pépinière de start-ups et bien d’autres choses encore. En revanche, évoquez le nom de Zorro, et tout s’éclaire, tels des diables sortant de leur boîte, voici le sergent Garcia, Don Diego, un Padre affable et un commandant tyrannique. Le cadre étant installé, on peut ensuite discuter. J’ajoute même que c’est un luxe pour un chercheur de pouvoir invoquer autant de problématiques historiques au cours d’une soirée, un verre de bon vin (californien?) à la main.

J’en viens donc aux raisons plus scientifiques. Premièrement – au premier degré – Zorro se passe sur la frontière, et il s’y passe des choses politiques. Je reviendrai dans des billets ultérieurs sur la notion de « frontière » et de « borderlands », mais indéniablement, nous avons dans Zorro constamment la préoccupation de la sauvagerie de la frontière, qu’il s’agisse de la menace d’attaques indiennes, ou d’une loi de la jungle qui se déploie d’autant plus facilement qu’on est loin du regard arbitre de la Couronne, et personnifiée en général soit par des militaires imbus de leur pouvoir ou par des comploteurs corrompus ou corrupteurs.

Cela me mène à la politique. Don Diego revient en Californie alors qu’il étudiait en Espagne à l’appel de son père pour qu’il tienne tête à un capitaine tyrannique. Dans d’autres épisodes, Zorro déjoue des conspirations visant à renverser le gouvernement, à livrer la Californie à une puissance étrangère, à la rendre indépendante ou encore se met du côté des opprimés par les collectes fiscales. Les enjeux classiques de la politisation sont donc présents. On notera que selon la perception valorisée ou non de ces événements, Zorro met son poids d’un côté, ou de l’autre…

En effet, il est un dernier aspect qui illustre ma perspective de recherche. Avant d’être une série par Walt Disney, Zorro est la création d’un new yorkais, Johsnton McCulley, qui publia la première histoire du personnage de fiction en 1919 dans un pulp, revues illustrées populaires et à bas prix, la version magazine des dime novels. Les développements de cette histoire feront l’objet d’un autre billet, mais je voudrais ici simplement mettre en évidence que c’est un personnage qui est un produit dérivé de la rencontre entre les Anglo-américains et les Hispano-mexicains en Californie. Et du même coup il faut bien avouer que les raisons scientifiques que j’ai évoquées ne sont que des prétextes, puisqu’il s’agit bien d’une représentation, dont nous évoquerons bientôt comment elle s’est construite, de l’héritage hispanique de la Californie et de la Californie avant la conquête, justifiant cette même conquête. La boucle est ainsi bouclée, et de la frontière « turnerienne » sauvage et violente on passe à la frontière rencontre, de l’absence d’État et de Nation fixe on arrive à la légende nationale, voire ethnique, de la dénonciation de la tyrannie à la célébration du héros déjà…américain.