Archives par mot-clé : primaires

Les primaires républicaines, le pape et les immigrants mexicains aux États-Unis

Au mois de mars dernier, lors d’une visite au Mexique, le pape François s’est rendu à la frontière avec les États-Unis, au bord d’un fleuve qui ne porte pas le même nom d’une rive à l’autre (Rio Bravo/Rio Grande). De part et d’autre de ce fleuve étaient assemblés des Catholiques, pour la plupart d’origine mexicaine, venus l’écouter et avoir l’occasion de voir de plus près le premier pape latino-américain (le pape François est Argentin).

Pope-border-El-Paso-1

 

Ceux qui se trouvaient sur la rive nord se plaignaient de ne pouvoir traverser, de peur de ne pouvoir revenir de l’autre côté une fois la messe dite. Aujourd’hui, cette frontière est en effet une ligne très significative, séparatrice, pour ceux qui vivent de part et d’autre.

Mais cette ligne est aussi franchie, légalement ou illégalement, par des millions de personnes, dont beaucoup viennent du sud pour trouver de meilleures opportunités au nord. Les flux se font aussi de plus en plus dans l’autre sens. Cette limite se construit dans l’épaisseur spatiale d’une zone de circulations, d’une zone polarisée par les différences de part et d’autre.

Comme pour la canonisation du fondateur des missions espagnoles en Californie, c’est pour tenter de donner une meilleure place à ces migrants, mis en cause par certains politiciens américains, que le pape François s’est rendu sur la frontière. Il faut noter cependant que la thématique des migrants dépasse le cadre américain, puisque le pape défend également une politique plus humaine vis-à-vis des migrants en Europe. Néanmoins, dans ce cas, le pape a été explicite et s’est invité dans la campagne des primaires américaines, en estimant que si Trump voulait vraiment déporter les immigrants en situation illégale, « il n’était pas chrétien » : « être chrétien,  ce n’est pas construire des murs, mais des ponts » a-t-il dit en référence à la volonté de Donald Trump de faire construire un mur à la (très longue) frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Il faut se souvenir que dans le cadre politique étatsunien, en particulier du côté républicain (parti dans le cadre duquel Donald Trump candidate aux primaires), il s’agit là d’une grave accusation, de nature à lui porter un préjudice important au sein de l’électorat le plus conservateur. Or ces remarques ont été faites juste avant la primaire en Caroline du Sud, un État particulièrement religieux.

D’un autre côté, il y a aussi aux États-Unis, majoritairement protestants, une longue tradition de méfiance vis-à-vis non seulement des Catholiques, mais de leur chef de file, le Pape. Le catholicisme des immigrants irlandais, par exemple, a été au XIXe siècle un moyen de remettre en cause leur loyalisme à leur nation d’adoption. De plus, les républicains ont été très critiques envers un Pape qu’ils estiment trop libéral à leur goût sur les questions de société, et trop régulateur sur les questions économiques et d’environnement.

Ceux-ci ont été rapides à signaler qu’un mur encadrait complètement la cité du Vatican : était-ce bien chrétien que cela ? Comme pour y répondre, le pape François a ramené mi-avril de Syrie trois familles de Syriens pour les héberger au Vatican.