Une histoire de la frontière États-unis/Mexique (à lire)

Donald Trump a focalisé une grande partie de sa campagne électorale sur sa promesse de construire un « grand et beau mur » à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. « Build that wall ! Build that wall », scandaient les foules venues l’écouter lors de ses réunion publiques. Remède miracle destiné à la fois à lutter contre une immigration venue du sud jugée envahissante et contre la criminalité qu’elle était censée engendrer. Le coût, estimé aux alentours de 20 milliards, devait être pris en charge par le Mexique, afin de ne pas gréver les finances états-uniennes.

Au cours de sa première année de mandat, le président Donald Trump n’a pas réussi à faire payer le Mexique ni à faire voter le budget de construction du mur par le Congrès, mais il a lancé la construction de « prototypes » non loin de San Diego, en Californie, afin de commencer à réaliser sa promesse de campagne à moindres frais.

Cette frontière longue de 3200km qui concentre aujourd’hui, qu’on veut solidifier par une muraille infranchissable, il faut comprendre qu’elle est relativement récente, à la fois dans son tracé actuel et dans l’importance qu’on lui porte.

Pour le comprendre, il faut remonter à 1848. Cette date, connue en Europe pour le printemps des peuples, est celle de la fin de la guerre entre Mexique et États-Unis initiée en 1846 suite, précisément, à des escarmouches militaires à la frontière entre les deux. Le Texas, qui était une province mexicaine, avait déclaré son indépendance en 1836, que le Mexique n’avait pas reconnue. Pour des raisons de politique étrangère (volonté d’éviter un conflit frontal avec le Mexique qui pourrait aussi encourager l’Angleterre à le défendre) et de politique intérieure (débats autour de l’expansion de l’esclavage), le Congrès fédéral des États-Unis met 10 ans à accepter l’intégration de la république texane à l’Union. Quand c’est chose faite en 1846 à la faveur d’une élection présidentielle qui a vu triompher un discours nationaliste et expansionniste, les États-Unis héritent non seulement de la colère mexicaine contre l’indépendance du Texas, mais aussi d’un conflit territorial au sujet de la localisation précise de la frontière du Texas. Ce conflit sera prétexte à chercher la guerre, que le président Polk veut provoquer afin d’agrandir encore les États-Unis sur le dos du Mexique. Mais le fait que la frontière du Texas ait été floue en 1846 témoigne d’une situation historique qui tranche avec la conception plus tardive des frontières comme ligne de séparation entre États-nations jaloux de contrôler les passages de la frontière à des points de contrôle.

Pour le comprendre, il faut d’abord rappeler que le Texas faisait partie d’un État fédéré des États-Unis du Mexique, le Coahuila et Texas, depuis la Constitution de 1824 faisant suite à l’indépendance du Mexique en 1821. De plus, la région n’est encore que ce qu’on appelle (aussi) une « frontière », c’est à dire un front de colonisation, peu occupée par les colons et dont une grande partie du territoire est sous souveraineté autochtones (en l’occurrence, surtout les Comanches, et les Apaches un peu plus à l’ouest). C’est d’ailleurs pour essayer de renforcer cette frontière nord que les autorités espagnoles puis mexicaines encouragèrent l’installation de colons originaires des États-Unis au début du XIXe s.

Dans ces conditions, savoir où passait exactement la frontière entre les deux pays ou entre les provinces n’était pas exactement une priorité. Même la délimitation des propriétés privées ne se faisait pas avec un arpentage précis, vu le peu de densité de population.

De plus, cette région héritait d’une certaine confusion de la période coloniale. En effet, la région avait été certes colonisée par les Espagnols, mais en réponse aux incursions françaises au XVIIe s. dans ce qui est aujourd’hui l’État de Louisiane, à l’embouchure du Mississippi, mais aussi un peu plus à l’ouest, justement dans le Texas d’aujourd’hui. Au moment de la vente de la Louisiane (de l’époque, soit une grande partie du bassin du Mississippi) par la France aux États-Unis, les frontières, en particulier occidentales, de cet ensemble territorial sont floues. En effet, là encore, ces régions n’étaient revendiquées par la monarchie française qu’en théorie, et comme juridiction : peu nombreux y étaient les colons sujets du roi de France, et ces régions restaient mal connues et peu cartographiées. Or c’est justement sur ce flou que repose le conflit territorial qui déclencha la guerre entre Mexique et États-Unis en 1846. La frontière entre les États-Unis et l’Espagne avait certes fait l’objet d’un traité en 1819, conclusion provisoire de tensions territoriales entre les territoires espagnols et états-uniens en Amérique du Nord. Les États-Unis y gagnèrent la Floride, qu’un groupe de ses ressortissants (dont le futur président Andrew Jackson qu’on compare beaucoup à Trump) venaient d’envahir pour répliquer contre une attaque amérindienne orchestrée, selon eux, par les Espagnols. Cette cession se fit en échange d’une fixation de la frontière orientale du Texas selon les limites voulues par les Espagnols. Le traité espagnol est confirmé en 1832 après l’indépendance du Mexique, mais la frontière revient donc sur le devant de la scène lors de la contestation mexicaine de l’indépendance texane : en effet, les frontières ne deviennent un enjeu que lorsqu’elles posent problème ou encore qu’elles peuvent fournir le prétexte à une guerre cherchée par une partie.

Il faut ajouter qu’en plus des désaccords sur les rivières qui marqueraient la frontière, il y avait aussi des incertitudes sur l’identification et la localisation de ces mêmes rivières, là encore attestant du caractère méconnu de ces régions de la part de ceux qui revendiquaient leur possession ou les convoitaient.

La guerre mexicain-américaine est un désastre pour les Mexicains, divisés politiquement et dont le nord du pays est ravagé par les attaques comanches et apaches. Le Nord, du Texas à la Californie, est rapidement occupé par les troupes états-uniennes. Mais des troupes font également tomber la capitale : une partie de l’opinion publique étatsunienne réclame même alors l’annexion de tout le Mexique ! Le négociateur ne suit pas cette directive, reprise à son compte par le président Polk, mais doit négocier à partir de cartes divergentes entre les deux camps. Le traité marque la cession par le Mexique de presque la moitié de son territoire initial. La perte de la Californie fut d’autant plus cruelle que de l’or y fut découvert au même moment que le traité. La frontière fut encore corrigée en 1853 pour permettre la construction d’une voie ferrée qui relierait le sud des États-Unis à Los Angeles (mais c’est une autre histoire). Le traité stipulait aussi qu’il revenait aux États-Unis de contrôler les nations autochtones, mais fit abroger cet article lors de la modification de 1853. En effet, au départ, l’une des formes de légitimation de la guerre contre la république voisine du Mexique était son incapacité à pacifier la violence autochtone et contrôler ces territoires, d’où cette mesure dans le traité. L’impossibilité pour les États-Unis de garantir cet article les mena à l’abroger. On considère que c’est seulement dans les années 1880, avec la capture du chef apache Geronimo, que la frontière est « pacifiée ». C’est justement à cette époque que la frontière se développe économiquement, du fait de cette pacification, d’une politique économique volontariste du président autoritaire de l’époque, au Mexique, Porfirio Diaz et de l’encouragement des investissements états-uniens. La frontière est alors moins une barrière qu’une zone de communication et d’échanges, bien que certaines populations soient surveillées dans leur entrée aux États-Unis, puisque les Chinois sont exclus de l’immigration dès la fin du XIXe s.

Ce sont deux événements simultanés, la révolution mexicaine et l’entrée en guerre des États-Unis en 1917 qui contribuent à faire de la frontière une ligne à surveiller. La prohibition aux États-Unis (1918-1933) renforce l’enjeu du franchissement de la frontière, puisque la production et la consommation d’alcool sont licites au sud et interdites au nord. Le côté mexicain accueille les consommateurs et trafiquants états-uniens : le Mexique devient alors par excellence le lieu des plaisirs et de l’immoralité, les États-Unis un lieu de vertu. On ne se préoccupe pas beaucoup alors des immigrants mexicains, qui ne sont pas même limités par les lois qui instaurent des quotas par nationalité en 1924, car ils sont perçus comme des travailleurs temporaires. D’ailleurs ils sont raccompagnés à la frontière et exclus pendant la grande dépression. La guerre contre la drogue et la peur du terrorisme complètent le dispositif de renforcement de la frontière comme ligne qu’on souhaite infranchissable. L’angoisse d’une partie de la société sur son déclassement à cause de l’immigration et de la mondialisation permet enfin de faire de l’établissement d’un mur une solution rassurante (bien que coûteuse) à des peurs plurielles.

Ces phénomènes récents montrent des logiques qui se sont déployées dans l’histoire de la région, mais la frontière n’a pas toujours été cette ligne clairement définie.

Même après son tracé sur des cartes, la frontière est restée une ligne conventionnelle qui a été plus ou moins activée en fonction des événements. Elle passe au sein de sociétés qui échangent entre elles, les différences de part et d’autres nourrissant ces échanges.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.